«Sgan, les secrets de l’anneau», son premier roman jeunesse cartonne

Article de la Voix du Nord du 17/02/18 - Christelle Jeudy


Quesnoysienne depuis sept ans seulement, Virginie Singeot-Fabre enseigne le français au Collège de Marcq, dont elle est une ancienne élève. À 38 ans, elle vient de publier son premier roman. Ou les aventures de trois collégiens dans une ville imaginaire. Un succès… et le second est déjà écrit.

Mère de deux enfants, Virginie Singeot-Fabre écrit ses livres sur son ordinateur, dans son salon, en se mettant dans une bulle. Et ça marche...Mère de deux enfants, Virginie Singeot-Fabre écrit ses livres sur son ordinateur, dans son salon, en se mettant dans une bulle. Et ça marche...

Enseignante au Collège de Marcq depuis quinze ans, après y avoir été une bonne élève. Mère de deux enfants, Raphaël, sept ans et Héloïse, cinq ans. Agrégée de lettres modernes en 2017, une « agreg » passée alors qu'elle écrivait son premier roman… Depuis quelques mois, la vie de Virginie Singeot-Fabre a pris l'allure d'un tourbillon, auquel se rajoutent maintenant les dédicaces en librairie ou les présentations de son livre, Sgan, les secrets de l'anneau, dans de nombreux salons de la région. De quoi donner le tournis à la Quesnoysienne ? Pas vraiment. Surtout de quoi la motiver à poursuivre sur la voie de l'écriture, un chemin qu'elle a emprunté alors qu'un événement personnel lui faisait prendre conscience « qu'il faut faire les bons choix dans la vie pour ne pas avoir de regrets ».

« J'ai très vite eu envie de m'orienter vers le secteur jeunesse, parce que c'est l'univers de mes élèves, âgés de 12 à 15 ans et que ça me parle. » Avant ce « déclic », Virginie Singeot-Fabre se souvient avoir « toujours vu » son père écrire sur un bloc-notes. Un paternel qui, depuis, a publié plusieurs livres. « Pour moi, c'était lui l'écrivain, il m'a donné le goût de la littérature », sourit l'enseignante qui a finalement puisé l'idée de son premier roman à la fois dans sa vie personnelle et professionnelle. « J'ai très vite eu envie de m'orienter vers le secteur jeunesse, parce que c'est l'univers de mes élèves, âgés de 12 à 15 ans et que ça me parle. » Elle a donc mis en scène les aventures de trois collégiens : Sgan, pour Sganarelle, un élève précoce de 11 ans déjà en classe de quatrième, « c'est un peu mon fils », dit-elle. Mais aussi Parfait, le meilleur ami de Sgan, qui a lui par contre un an de retard et enfin, Valentine, 13 ans. Les trois vont trouver un anneau, une découverte prétexte à de grandes aventures.

Aventure, suspense

Dans quelle ville, dans quel collège, l'auteur a-t-elle placé l'intrigue ? « Une ville anonyme, c'est volontaire pour que le lecteur reste dans un monde imaginaire », explique-t-elle. Et le collège dans lequel se déroule l'intrigue n'a pas grand-chose à voir avec Marcq Institution (le nouveau nom du Collège) : « Je n'ai pas voulu ancrer l'histoire dans un quotidien que je connais ».

Le tout donne un récit enlevé, très bien écrit et riche en informations ou découvertes culturelles. « Je voulais quelque chose qui relève de l'aventure, du suspense et de l'enquête, un récit qui tienne en haleine », ajoute Virginie Singeot-Fabre, « mais je voulais que ce soit sans économie sur le plan culturel, que le lecteur apprenne des choses ». Pari gagné, à tel point que le second tome est déjà écrit, à la demande de l'éditeur, et qu'un troisième se prépare…

Aux éditions Aconitum jeunesse, 8 €.

Un blog et dédicaces

Virginie Singeot-Fabre a eu l'idée d'offrir un « petit plus » à ses lecteurs en créant un blog intitulé « Dans la tête de Sgan', un adolescent pas comme les autres ». On y trouve tout ce qu'on voulait savoir sur les personnages mais aussi, le collège, les amis du héros, l'auteur et encore, un coin des lecteurs pour permettre à ceux-ci d'y ajouter leurs commentaires sur le livre.

« Un blog, ça plaît aux jeunes et ça leur permet de me contacter. Le blog évoluera bien sûr au fil des autres tomes », explique la Quesnoysienne dont le message de tolérance a visiblement touché les lecteurs. « Dans ce roman, j'ai voulu montrer qu'il n'y a pas de barrières dans l'amitié et que l'on peut s'apprécier quel que soit son profil ».

À côté de ces romans, l'enseignante écrit aussi beaucoup de nouvelles et se dit tentée par l'écriture d'un roman plus noir, un polar pour adultes.

En attendant, ce sont les salons et dédicaces qui attendent la Quesnoysienne : l'auteur sera le samedi 3 mars au Cultura de Neuville-en-Ferrain, de 14 h à 18 h ; les 24 et 25 mars au Salon du livre de Bondues et le 9 juin au salon du livre de La Bassée.